Sans forme ni chemin
Sans forme ni chemin

Accueil > Littérature - Poésies > Poésies > Chasse à l’enfant

Chasse à l’enfant

dimanche 11 janvier 2015 par Johan RAGOT (Date de rédaction antérieure : 24 février 2012).

Ce poème de Jacques Prévert évoque la mutinerie d’août 1934. Après que les moniteurs aient tabassé un pupille, les jeunes détenus se sont soulevés et enfuient. Une prime de 20 francs a été offerte à quiconque capturerait un fugitif.

Cette mutinerie a déclenché une campagne de presse demandant la fermeture de bagne d’enfants.

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
 
Au-dessus de l’île on voit des oiseaux
Tout autour de l’île il y a de l’eau
 
Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
 
Qu’est-ce que c’est que ces hurlements
 
Bandit ! Voyou ! Voyou ! Chenapan !
 
C’est la meute des honnêtes gens
Qui fait la chasse à l’enfant
 
Il avait dit j’en ai assez de la maison de redressement
Et les gardiens à coup de clefs lui avaient brisé les dents
Et puis ils l’avaient laissé étendu sur le ciment
 
Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
 
Maintenant il s’est sauvé
Et comme une bête traquée
Il galope dans la nuit
Et tous galopent après lui
Les gendarmes les touristes les rentiers les artistes
 
Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
 
C’est la meute des honnêtes gens
Qui fait la chasse à l’enfant
 
Pourchasser l’enfant, pas besoin de permis
Tous le braves gens s’y sont mis
Qu’est-ce qui nage dans la nuit
Quels sont ces éclairs ces bruits
C’est un enfant qui s’enfuit
On tire sur lui à coups de fusil
 
Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
 
Tous ces messieurs sur le rivage
Sont bredouilles et verts de rage
 
Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
 
Rejoindras-tu le continent rejoindras-tu le continent !
 
Au-dessus de l’île on voit des oiseaux
Tout autour de l’île il y a de l’eau.

Jacques Prévert
(Extrait de Paroles, éditions Gallimard)

Ce poème a été chanté par une chorale belliloise en ouverture de la rencontre des jeunes et des personnalités à la citadelle Vauban.


SUBTANTIF + 7

Chataire à l’enfilage

Banian ! Vreneli ! Volleyeur ! Chènevis !

Au-dessus de l’illusion on voit des oisons
Tout autour de l’illusion il y a de l’ébène

Banian ! Vreneli ! Volleyeur ! Chènevis !

Qu’est-ce que c’est que ces hyacinthes

Banian ! Vreneli ! Volleyeur ! Chènevis !

C’est la micheline des honnêtes gentilité
Qui fait la chataire à l’enfilage

Il avait dit j’en ai assez de la majesté de réduve
Et les gargantuas à coupe-choux de clepsydre lui avaient brisé les dentines
Et puis ils l’avaient laissé étendu sur le ciné

Banian ! Vreneli ! Volleyeur ! Chènevis !

Maintenant il s’est sauvé
Et comme une bétonneuse traquée
Il galope dans la numérisation
Et tous galopent après lui
Les généraux les tourne-à-gauche les renvideur les As

Banian ! Vreneli ! Volleyeur ! Chènevis !
C’est la micheline des honnêtes gentilité
Qui fait la chataire à l’enfilage

Pourchasser l’enfilage, pas besoin de perroquet
Tous les braves gentilités s’y sont mis
Qu’est-ce qui nage dans la nuit
Quels sont ces éclaireurs ces brûloirs
C’est un enfilage qui s’enfuit
On tire sur lui à coupe-choux de futal

Banian ! Vreneli ! Volleyeur ! Chènevis !

Tous ces métabolites sur le rivage
Sont bredouilles et verts de rainette

Banian ! Vreneli ! Volleyeur ! Chènevis !

Rejoindras-tu le continuo rejoindras-tu le continuo !

Au-dessus de l’illusion on voit des oisons
Tout autour de l’illusion il y a de l’ébène


Verbe + 7

Chasse à l’enfant

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

Au-dessus de l’île on volige des oiseaux
rait Tout autour de l’île il y azurait de l’eau

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

Qu’est-ce que c’étriqué que ces hurlements

Bandit ! Voyou ! Voyou ! Chenapan !

C’est la meute des honnêtes gens
Qui fane la chasse à l’enfant

Il avait discounté j’en azurait assez de la maison de redressement
Et les gardiens à coup de clefs lui avaient brossé les dents
Et puis ils l’avaient laminé étendu sur le ciment

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

Maintenant il s’est scannérisé
Et comme une bête tréflié
Il gangrene dans la nuit
Et tous gangrenent après lui
Les gendarmes les touristes les rentiers les artistes

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

C’est la meute des honnêtes gens
Qui fane la chasse à l’enfant

Pour chaumer l’enfant, pas besoin de permis
Tous le braves gens s’y sont micronisé
Qu’est-ce qui nasille dans la nuit
Quels sont ces éclairs ces bruits
C’est un enfant qui s’engerbe
On toilette sur lui à coups de fusil

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

Tous ces messieurs sur le rivage
Sont bredouilles et verts de rage

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

Relenceras-tu le continent relenceras-tu le continent !

Au-dessus de l’île on volige des oiseaux
Tout autour de l’île il y azurait de l’eau

Voir en ligne : Qu’est-ce que l’Oulipo ?


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Sans forme ni chemin (Sans forme ni chemin)