Sans forme ni chemin
Sans forme ni chemin

Accueil > Philo > Articles > Agriculture sauvage

Agriculture sauvage

Permaculture

mercredi 16 septembre 2009 par Nicolas RAGOT & Nadège GIGAN

Cet extrait je l’ai choisi parce qu’ il nous éclaire notamment par son perspectivisme
La tentative de traduction sous forme de tableau des idées développées dans le texte n’a rien d’absolu, ce n’est qu’un énième fléchissement de ma volonté : je n’ai su résister à la tentation d’organiser, redonner une lecture de ce qui est déjà. Bref, j’ai cédé et ce faisant j’ai basculé un peu du côté de la première colonne…
Mea culpa.
Ce court extrait peut tout de même nous servir de jalon, de garde-fou car apriori nos regards se tournent vers la troisième colonne…

Agriculture industriel Agriculture sauvage étroite Agriculture sauvage pure
Réaction (RE-AGIR) Action Non-agir
Application de principe Recherche, essaie, vicariance Mise en résonance
Self défense Bu jutsu Aïkido d’Ueshiba
Violence / assaut multiple Un seul coup Sans coup
Temps de l’horloge Durée et saison Présent
Pas de réalisation de soi Réalisation de soi Monde du non-soi

Extrait page 143
La révolution d’un seul brin de paille
Masanobu Fukuoka

(…)L’agriculture naturelle étroite, d’autre part, cherche la voie de la nature ; par les méthodes « organiques » et autres, elle essaye consciemment de suivre la nature. On utilise l’agriculture pour atteindre un objectif donné. Bien qu’aimant la nature et voulant sincèrement l’épouser la relation reste expérimentale. (…)

Une vue étroite de l’agriculture naturelle dit qu’il est bon que l’agriculteur apporte des matières organiques au sol, bon d’élever des animaux, que la meilleure manière et la plus efficace est d’utiliser la nature ainsi. En termes de pratique personnelle c’est bien, mais l’esprit de la véritable agriculture naturelle ne peut pas rester vivant dans cette seule voie. Cette sorte d’agriculture naturelle étroite est analogue à l’école d’escrime connue comme l’école d’un seul coup d’épée qui cherche la victoire par l’application habile mais consciente d’une technique. L’agriculture moderne industrielle suit l’école du deux-coups, qui croit qu’on peut gagner la victoire en faisant un furieux assaut de coups d’épée.

L’agriculture sauvage pure , par contraste, est l’école du sans-coup. Elle ne va nulle part et ne cherche pas de victoire. Mettre en pratique le « non-agir » est la seule chose que l’agriculteur doive tâcher d’accomplir. (…) Je crois que la voie de Gandhi, une méthode sans méthode, agissant dans un état d’esprit qui ne cherche ni à gagner , ni à s’opposer, est apparentée à l’agriculture sauvage. (…)



| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Sans forme ni chemin (Sans forme ni chemin)